Un Elixir d‘amour, d’après Donizetti

mise en scène de Manuel Renga

L’adaptation pour le jeune public par Manuel Renga

Pour cette adaptation destinée au jeune public, l’histoire est transposée dans les années 1930 au sein d’une usine fabriquant un sirop contre la toux nommé « Elixir ». Le sirop est si mauvais que les enfants le détestent ! Une équipe d’ouvriers de nuit décide de prendre en main la situation désastreuse de l’usine. Ils décident en secret de changer la recette du sirop en y ajoutant quelques ingrédients « spéciaux ».

Ici chacun travaille. Nemorino est ouvrier, Adina, la fille du propriétaire, est chargée de vendre le sirop. Belcore est soldat et explorateur professionnel et propose à Nemorino de s’engager dans l’armée pour gagner un peu d’argent. Quant à Dulcamara, il fait profession de sa propre fourberie en vendant de faux espoirs, de fausses promesses qui finalement ne sembleront pas si « fausses »… Le public prend part au spectacle en représentant l’équipe d’ouvriers de nuit qui transforme la recette du sirop « Elixir ».

La scénographie

L’ambiance s’inspire du film Les Temps Modernes de Charlie Chaplin, mais aussi de l’atmosphère magique de Charlie et la Chocolaterie de Mel Stuart : d’énormes engrenages, des alambics fumants et un tapis roulant pour les bouteilles d’élixir, sans oublier un vieux téléphone qui apporte les nouvelles de l’extérieur.

Les thèmes abordés

L’homme candide, particulièrement dépassé par sa vie, mais qui finalement triomphe.

L’Elixir pousse Nemorino à se libérer de ses inhibitions et de ses peurs, à reconnaître ses vrais désirs et savoir ce que l’on fera « quand on sera grand ».

L’opposition entre le doux et l’amer… La vie nous apparaît souvent amère. La douceur et la gentillesse sont souvent un antidote efficace contre les méchancetés, les injustices…

Le travail. La vie à l’usine est découpée entre des moments de « pause » et de « travail ». Il faut agir pour changer ce monde, l’implication de tous est nécessaire, y compris celle des enfants qui participent au spectacle.

La lecture, l’imagination, la créativité. Les livres comme source d’histoires, d’intérêts, de culture.

Dans la presse

Réduite par rapport à l’originale, cette version chantée en français, sans grand orchestre, ni chœur, vive et colorée, délicatement transposée dans les années trente, est une vraie réussite. (…) Saisis en quelques traits comme dans un bande-dessinée pour mieux définir leurs travers et leurs aspirations, les personnages sont astucieusement intégrés à ce ballet frénétique réglé par le metteur en scène Manuel Renga.

François LesueurConcert Classic

(…) un savoureux Elixir d’amour (…) La durée de l’opéra passe d’environ deux heures à une heure quinze tout en conservant les grands équilibres. Certes, l’on perçoit quelques raccourcis, mais la cohérence d’ensemble est maintenue et la rythmique de Donizetti s’en retrouve même condensée.

Paul FourierToute la culture

Délectable ! (…) Le livret a été adapté et traduit en français dans un vocabulaire choisi, raffiné. (…) Manuel Renga signe une mise en scène agile et fine, jamais à court d’idées

Emmanuelle GiulianiLa Croix

Délicieux (…) Et l’adaptation du livret par le Français Henri Tresbel est très bien faite, distillant aux chères têtes blondes et brunes toute la saveur de l’histoire et des airs originaux

Bertrand RenardFrance Info

Documentation disponible